vendredi 7 décembre 2018

Savoir écouter et entendre

Le 6 décembre, devant le Lycée Jules Uhry de Creil.

Les images des confrontations entre manifestants et forces de l’ordre de ces derniers jours, nous ont tous heurté. Alors que les évènements du week-end dernier, notamment dans les rues de Paris ont créé l’émoi, la journée de demain laissent craindre le pire.
C’est d’autant plus le cas, lorsque l’on assiste à des scènes surprenantes comme celles qui se sont déroulées hier en plein centre-ville de Creil devant le Lycée Jules Uhry, ou ailleurs dans l’Oise, à Compiègne ou Beauvais, à l’instar de nombreuses autres villes en France, lorsque les forces de l’ordre font à présent face à des mineurs et que l’on assiste des scènes surréalistes, révélatrices aussi d’une situation qui n'a déjà que trop dégénéré.

mercredi 3 octobre 2018

Le départ des fidèles et l’art de changer des têtes plutôt que de tendre une oreille


La démission du Ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, qui fait suite à celles de Nicolas Hulot et Laura Flessel le 4 septembre dernier, ne devrait-elle pas être l’occasion pour le Président et le Premier ministre d’écouter les raisons de ces départs, de les analyser, chercher à les comprendre et en tirer des enseignements, au lieu de simplement espérer passer à autre chose rapidement en remplaçant une tête par une autre ?

jeudi 20 septembre 2018

Mahamadou ISSOUFOU, le Président de l’Etat d’urgence ?


La vie politique nigérienne n’a jamais été un long fleuve tranquille. Alors que l’actualité du pays est marquée par de vives tensions sur plusieurs fronts, l’élection présidentielle de 2021 cristallise les rivalités et les ambitions notamment au sein du parti du Président sortant, que la constitution empêche de se représenter.
Taxée de dérive autoritaire, sa ligne politique est actuellement critiquée pour être trop proche des occidentaux et en particulier des français et des américains. L’implantation de bases militaires sur le sol nigérien et l’autorisation de survol du pays par des drones armés américains, ainsi que l’adoption d’une loi de finance favorisant l’implantation de sociétés étrangères tout en créant dans le même temps de nouveaux impôts pour les nigériens, lui ont définitivement collé cette image et celle « d’ami de la France ». 

Retrouvez l'intégralité de mon analyse sur le site de l'Afrique des idées.