samedi 25 janvier 2014

Et sinon en 2013, que s'est-il passé derrière Madiba ?

Adrian Steirn/AP/SIPA
Il y a un an, je faisais le vœu sur ce même blog « que l'année 2013 soit celle des avancées sociales, du renforcement de la démocratie dans le monde et d'une prise de conscience des enjeux environnementaux. »
Lorsque l’on se remémore quelques-uns des évènements parmi les plus marquants de cette année 2013, il y a de quoi être septique et tirer un bilan assez dur des 12 derniers mois.

Pour prendre le cas de l’Afrique et ne citer qu’eux : assassinat de Chokri Belaïd en Tunisie, guerre en Syrie, au Mali, en Centrafrique et au Soudan du Sud, renversement par l’armée de Mohamed Morsi, président égyptien élu démocratiquement, tuerie par le groupe islamiste al-Shabaab dans le centre commercial Westgate au Kenya ...

Néanmoins, n’oublions pas pour autant que 2013, c’est aussi la réinvestiture de Barack Obama, c’est le progressiste Bill de Blasio qui accède à la mairie de New-York, c’est l’élection du Pape François, l’adoption du Mariage pour tous en France (mais aussi au Brésil, en Uruguay, en Nouvelle-Zélande, en Angleterre et dans neuf Etats américains), c’est l’élection de Hassan Rohani à la surprise générale et dès le premier tour, à la présidence de la République Islamique d'Iran ou encore l’inauguration à Istanbul, en Turquie du Marmaray, ligne ferroviaire avec tunnel passant sous le Bosphore.
2013, c’est enfin les décès d’Hugo Chavez et de Nelson Mandela, deux personnages dont les rares points communs pourraient-être notamment d’avoir symbolisé ce qui en des temps révolus s’appela le Tiers-mondisme ou Mouvement des non-alignés ou de manière plus contemporaine, les pays émergents.

Dans l’ombre de ces quelques évènements historiques et de ces géants qui ont marqué leur époque  - la nôtre - et qui demeureront immortels puisque gravés dans notre histoire, combien d’artistes, de chercheurs, de champions sportifs, d’ex-hommes politiques de premier plan, ont également disparu en 2013 sans que l’on ne leur érige de statues, sans qu’on ne leur fasse d’éloge panégyrique, sans qu’on ne leur consacre de funérailles grandioses.

Combien de vies et de destins atypiques ou même exceptionnels, dont les livres d’histoire ne retiendront rien ? Et pourtant, n’ont-ils pas fait eux-mêmes également l’histoire ?

Hélas, le droit à l’encre des quotidiens n’est pas celui des manuels scolaires.
Combien de Mandela se sont éteints en 2013 ? Combien d’accidents ferroviaires et de tueries tout aussi dramatiques qu’à Bretigny sur Orge ou au centre commercial Westgate au Kenya se sont produits en 2013, peut-être pas « chez nous » mais chez nos voisins ?

Quoi que nous retenions chacunes et chacuns de cette année 2013, nous ne nous souviendrons toujours que d’une infime partie de celle-ci.
Alors, même si finalement, comme toujours d’ailleurs, les évènements qui nous aurons le plus marqué, ne sont que ceux qui ont été les plus visibles, il faut bien se dire que nous ne garderons en mémoire que la une des journaux et qu’il y a pourtant tant d’autres évènements et d’autres personnalités qui méritent que l’on s’y intéresse.
Si nous en avions davantage conscience nous dresserions probablement un bilan beaucoup plus positif de cette année passée car celle-ci ne se résume pas aux catastrophes qui ont fait les unes de nos journaux.

Nul doute qu’il en sera de même pour l’année qui débute.
Certains évènements s’annoncent déjà comme des faits historiques, en 2014 le Portugal célébrera le 40e anniversaire de la Révolution des Œillets, les européens voterons pour réélire leurs parlementaires,  les écossais seront appelés aux urnes dans le cadre d’un référendum d’indépendance, nous célébrerons le 70e anniversaire du débarquement de Normandie, Disneyland ouvrira probablement sont troisième parc d’attraction, signe des temps, à Shanghai en Chine, les États-Unis inaugureront certainement leur Freedom Tower sur le site de l’ex-World Trade Center à New York. En France, nous commémorerons le 28 juillet le centenaire du début de la Première Guerre mondiale et le 31 juillet celui de l'assassinat de Jean Jaurès.

Gros programme donc. Toutefois, ce ne sont pas forcément ces dates marquées d’une pierre blanche, ou du moins annoncées comme telles, qui resteront dans nos mémoires lorsque nous tournerons la page de 2014.
Soyons sûr que ce sont d’autres évènements et des hommes et des femmes qui nous sont encore inconnus qui marqueront cette année car finalement, la seule certitude que nous puissions avoir pour 2014, c’est que nous ne sommes certains de rien.


C'est drôle, on parle souvent du Pôle Nord, plus rarement du Pôle Sud, et jamais du Pôle Ouest ni du Pôle Est. Pourquoi cette injustice ? ...ou cet oubli ? Alphonse Allais

Aucun commentaire:

Publier un commentaire