dimanche 6 octobre 2013

Shazame ! Et Liu Bolin disparaît !

 

Le nom de Liu Bolin ne vous dit rien ? Ce n’est pas surprenant, cet artiste chinois de 40 ans est un garçon très discret.
Surnommé « l’homme caméléon » ou « l’homme invisible », Liu Bolin se fond dans le paysage, se servant de ses photos comme d’un symbole de l’impuissance et de l’éphémérité de l’Homme.

Produit 100% chinois, une licence en beaux-arts du Collège de Shangdong Arts puis un Master de beaux-arts de l'Académie centrale des Beaux-Arts de Beijing, Liu Bolin est aujourd’hui un artiste connu internationalement pour ses photos dont le concept l’a classé dans la catégorie des artistes contestataires.

Devenu « l’homme invisible » d’un pays-continent qui ne l’est pas, à l’aide d’une bonne couche de peinture, il se dissimule et disparaît dans des paysages éclectiques, forêts, supermarchés, lieux touristiques … L’homme se fond dans le décor et devient une surimpression avalé par la société et son environnement.

Exposé dans les musées les plus prestigieux à travers le monde, les clichés de Liu Bolin intitulés « Hiding in the city » (se cacher dans la ville), ont une origine toute symbolique. En 2005, exproprié de son atelier le jour où l’Etat rase le quartier d'artistes dans lequel il habitait en 2005, il décide de réaliser une mise en scène de cet évènement en se couvrant de peinture, afin de se dissimuler dans le paysage de désolation, devant les ruines de son atelier.

Commence alors une série de scènes tantôt amusantes tantôt troublantes, où l’artiste se dissimule dans des lieux communs, librairies, bureaux … Reflet de la Chine moderne en pleine ébullition et parcourue de tensions et de paradoxes, Liu Bolin appartient à une génération d’artistes chinois qui s’est révélée durant les années 1990, lorsque la Chine émergeait de la Révolution culturelle pour se précipiter dans l’ère du consumérisme.

C’est donc paradoxalement en dénonçant l’impuissance de l’Homme dans la société moderne, que Liu Bolin a du s’effacer pour devenir visible du monde.














Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire