samedi 16 août 2014

Mandla Maseko, l'astronaute issu d'un township. Et "l'homme africain" est entré dans l'espace

© MTI/AP/Themba Hadebe
Les contes de fées existent vraiment, sinon comment imaginer qu'un jeune Sud-africain, issu d'une famille modeste, ayant grandi dans un township près de Pretoria sera l'an prochain le premier africain noir à aller dans l'espace ?

Il est Dj et a 25 ans, Mandla Maseko est le premier africain noir qui devrait aller dans l'espace, 54 ans après le pionnier Youri Gagarine, 20 ans après le premier homme noir, l'Américain Bernard Harris et 13 ans après l'homme d'affaire Mark Shuttleworth, premier africain à avoir effectué une sortie dans l'espace, en tant que touriste au sein d'une mission russe pour 20 millions de dollars.

Sélectionné à l'issue du concours "Space Academy Lynx Appolo", auquel plus d'un million de personne à travers le monde ont candidaté, le jeune homme qui avait été contraint d’arrêter ses études faute de moyens, dévorait depuis les films de science-fiction sans imaginer qu'un jour il puisse serrer la main de Buzz Aldrin, le deuxième homme à avoir marché sur la lune et faire partie des un peu plus de 500 personnes à avoir séjourné dans l'espace (dont une cinquantaine de femmes, plus de 300 américains et 100 russes).

Devenu une fierté nationale, largement félicité par l'ANC (African National Congress, principal parti politique Sud-africain), qui considère le jeune homme comme une preuve qu'il est possible de «défier les lois de la gravité physique mais aussi politique», il est devenu la fierté de son pays et plus largement de tout un continent.

Arrivé aux États-Unis en décembre 2013 pour rejoindre une centaine de présélectionnés dans un centre d’entraînement, Mandla Maseko a réussi l'ensemble des tests qui lui ont permis de faire partie des 23 finalistes qui embarqueront à bord de la navette Lynx Mark 2 en 2015.

«Quand on est noir ici devenir astronaute semble inatteignable. Et là je vais dans un camp d’entraînement pour aller dans l’espace. C’est un rêve» a déclaré celui qui incarnera peut-être bientôt le nouveau symbole de la fierté d'un pays orphelin de son visage le plus illustre.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire