jeudi 26 décembre 2019

Une élection municipale avec ou sans idées ?


Une chose est sûre, la campagne des élections municipales bat son plein. Les équipes et les listes sont à présents connues, mais qu’en est-il du plus important, les idées ! Certes, dans un scrutin local, les personnes qui composent une équipe comptent pour beaucoup dans le choix des électeurs et c'est normal, mais faut-il pour autant réduire cette élection à une question de personne ? Bien sûr que non ! Pourtant, tout le monde ne parle pas forcément d'idées et de projets, pour la simple et bonne raison que parfois certains candidats semblent n'avoir aucun programme. Un réel problème lors d'élections locales où malheureusement plus qu'un projet, plus qu'une équipe, la réelle motivation de certains candidats ne repose que sur une envie personnelle "d'avoir sa tête sur une affiche."

Bien sûr, les membres qui composent une équipe lors d’une élection locale, revêtent une importance bien plus concrète que les logos des partis politiques nationaux dont les uns et les autres peuvent se prévaloir. Tout le monde le sait, aux élections municipales on vote pour une équipe, pas pour un logo.
Pourtant, il est encore assez courant d’assister à cette pratique et voir parfois une poignée de personne se revendiquée comme étant le rassemblement de la gauche ou de la droite parce qu’ils font figurer sur leurs supports de communication divers logos de partis parfois plus ou moins existants et dont il n’est pas rare qu’ils ne comptent pas un seul adhérent dans la commune en question. 

Pour qui ne connait pas les us et coutumes de la vie politique locale, il faut savoir qu’en étant seul adhérent d’un parti dans votre commune, vous serez en période électorale abondement courtisé par les collectionneurs de logos. Parfois, l’exercice s’apparente un peu à celui des collectionneurs d’anciennes cartes de cabines téléphoniques.

Une fois que les équipes et les logos sont annoncés, ce que chaque électeur attend légitimement ce sont les idées et les projets bien sûr. Là, il y a deux cas de figure, soit l’équipe est sortante, elle a été aux responsabilités et on peut facilement juger de son bilan et se dire qu’en cas de réélection ces personnes poursuivront pendant 6 ans de plus, ce qu’ils ont fait pendant 6 ans, 12 ans, 18 ans ou quelle qu’ait été la durée de leurs mandats. 

Si l’équipe n’est pas issue de la majorité sortante, c’est que la situation de la commune ne lui convient pas ni la politique menée, cqfd. Alors, c’est là que les idées font la différence.

Il existe des candidats et des listes qui, c’est assez surprenant mais pour autant relativement fréquent, ne présentent aucun projet, se contentant de se proclamer soucieux de l’emploi, de la sécurité, des services publics, de l’environnement et cetera et cetera, autant de lieux communs et de banalités qui discréditent ces candidats. Ils ne disent comment ils s'y prendront, ni ce qu'ils feront en premier, ni même ce qu'ils feraient différemment de l'équipe sortante ...

Il y a aussi ceux qui font un copié collé de ce que propose nationalement le parti auquel ils sont affiliés, en oubliant complètement de l’adapter aux spécificités de la commune et en proposant le même projet dans une ville de 3000 habitants en Auvergne que dans une ville de 50000 habitants en Seine-Saint-Denis.

Il y a enfin, des listes qui ont muri et travaillé leur programme pendant le précédent mandat, elles ont également associé lors d’ateliers collectifs et ouverts celles et ceux qui les rejoignaient pour l’enrichir, le retravailler constamment. C’est ce qu’a fait Génération Creil.

Notre programme sera entièrement présenté en janvier et il comprend de vraies solutions nouvelles, concrètes, innovantes et réalistes à la fois. Il propose des actes forts dans les domaines de l’action sociale, de l’emploi, de l’environnement, de l’éducation, de la santé, du sport et de la culture ou encore de l’habitat et de l’aménagement du territoire. C’est aussi évidement l'écriture de ce projet qui a séduit de nombreux creillois jusqu’alors jamais engagés dans la vie politique, ou encore des creillois comme Noureddine Nachite et moi-même par exemple, qui avons des parcours différents mais qui pouvons nous retrouver sur un programme local parce qu’il apporte des solutions de bon sens.

En janvier, s’ouvrira un temps de rencontre dans les quartiers, de réunions publiques, d’échanges autour de ce projet que nous proposons pour améliorer notre ville.
Cela n’empêchera pas naturellement nos adversaires nous le savons bien, d’utiliser n’importe quel stratagème pour nous salir mais nous avançons sereinement et avec détermination. Nous ne prêtons attention qu’aux seuls habitants qui décideront le 15 mars dans l’isoloir de ce qu’ils veulent pour leur ville. 

Rendez-vous dans les prochains jours donc pour discuter ensemble de ce qui pourra être réalisé et mis en place à Creil à partir de mars  prochain.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire